I. Maladie artérielle périphérique (MAP) ou maladie vasculaire périphérique (MVP)

 

Définition de la MAP

FCSV Artère bouchée

La maladie artérielle périphérique (MAP) se définit comme un blocage partiel ou total d’artères se retrouvant en périphérie de l’aorte. Cela s’explique par une accumulation de lipides dans la paroi des vaisseaux artériels et ce phénomène se nomme l’athérosclérose. La MAP évolue au fil du temps de différentes façons chez les patients. Plusieurs facteurs viennent moduler l’évolution de la maladie, tel le site artériel affectée, les antécédents médicaux personnels et familiaux ainsi que les habitudes de vie.

Les signes et symptômes de la MAP peuvent apparaître assez tardivement dans une vie. Pour plusieurs individus, ces derniers n’apparaîtront pas avant que l’artère ne se soit rétrécie de 60% ou plus. Selon Statistique Canada (2015), près de 3 millions de Canadiens, entre 50 à 79 ans, souffrent de la MAP. En réaction aux rétrécissements artérielles, des mécanismes adaptatifs stimulent la formation d’un réseau de petites artères périphériques qui permettent au flux sanguin de contourner la zone rétrécie et d’approvisionner plus loin, en périphérie, les muscles et autres tissus du corps. Ce processus adaptatif est connu sous le nom de circulation collatérale et explique pourquoi certains individus peuvent avoir la MAP et ressentir peu ou pas de symptôme.

Lorsqu’un morceau de cholestérol se rompt brutalement de la paroi de l’artère ou qu’une artère rétrécie se bloque complètement, le flux sanguin sera totalement obstrué et l’organe alimenté par cette artère subira des dommages. Les parties du corps le plus souvent touchées par la MAP sont les jambes.

  • Aggravation de la MAP

L’ampleur du problème de la MAP dépend du moment où elle est diagnostiquée et des facteurs de risque préexistants. Parmi les plus importants, on retrouve le tabagisme, l’hypercholestérolémie, les maladies cardiaques et le diabète (voir la section facteurs de risque). Dans les derniers stades de la MAP, la circulation des jambes peut être si faible que la douleur se produit dans les pieds et les orteils pendant les périodes d’inactivité physique, tel durant la nuit.

  • Ischémie critique des membres

Les stades les plus avancés de la MAP peuvent conduire à l’ischémie critique des membres (ICM). On y détecte une obstruction grave des artères qui diminue sérieusement le flux sanguin vers les extrémités des membres (mains, pieds et jambes). Cette situation peut dégénérer en douleur intense et même provoquer des ulcères ou des plaies de la peau étant donné qu’ils ne reçoivent pas le sang nécessaire riche en oxygène pour la croissance et la réparation des tissus. Dans certains cas, la gangrène (tissu mort) peut prendre place. Cette condition, si elle n’est pas traitée, peut aller jusqu’à l’amputation.

 

 

Symptômes de la MAP

Dans sa forme la moins sévère, la MAP est silencieuse et ne cause aucun symptôme et peut seulement être détectée par des examens diagnostiques. Encore faut-il discuter des symptômes perçus à l’effort physique à notre médecin. Pour plusieurs, le premier symptôme qui apparaît est une crampe musculaire douloureuse de la jambe pendant la marche et conséquemment entraîne une claudication intermittente. Le repos constitue alors la seule intervention qui permet de faire disparaître les crampes. Cette douleur à la jambe peut être suffisamment grave pour décourager une personne de marcher normalement. Par ailleurs, d’autres personnes ne ressentiront ni crampes, ni douleurs mais elles ressentiront un engourdissement, une faiblesse ou une lourdeur dans les muscles.

 

  • Autres symptômes

Chez les patients dont la MAP est plus sévère, un flux sanguin insuffisant aux pieds et aux jambes peut causer une vive douleur brûlante dans les pieds et les orteils au repos. La douleur se produit particulièrement la nuit en position allongée.

 

D’autres symptômes sont aussi à surveiller :

  • Refroidissement de la peau dans des zones spécifiques des jambes ou des pieds;
  • Changements de couleur de la peau et une perte de pilosité;
  • Des plaies aux orteils et aux pieds qui ne guérissent pas.

 

  • La MAP silencieuse

Beaucoup de gens sont atteints de la MAP mais sont asymptomatiques. Ces personnes présentent un risque élevé de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Récemment, il a été démontré que l’espérance de vie des personnes souffrant de la MAP est considérablement réduite. À titre d’exemple, le risque de décéder d’une maladie cardiaque est six fois plus élevé chez les personnes atteintes de la MAP que chez celles qui en sont dépourvues. Il est donc important de discuter de cette maladie avec un professionnel de la santé si les symptômes énumérés précédemment ou les facteurs de risque, en lien avec la MAP sont présents.

 

Prévention pour la MAP

L’élément le plus important dans la MAP est de continuer à faire de l’exercice selon son niveau de tolérance. Marcher jusqu’à l’apparition de symptômes entraîne le muscle à mieux fonctionner et aide à promouvoir une meilleure circulation. L’activité physique, telle la marche induit un bénéfice sur la santé cardiovasculaire et influence tous les facteurs de risques associés au développement de la MAP.

Il est également important de contrôler certains facteurs de risque évitables ou curables :

  • Cesser de fumer

C’est le facteur de risque « numéro 1 » du développement de la MAP. La nicotine et les autres agents contenus dans la cigarette contribuent au développement de l’athérosclérose qui est responsable de la réduction de la lumière des artères, laissant moins de place au flux sanguin. Les fumeurs se mettent non seulement à risque de développer une maladie artérielle, mais aussi de nuire aux tentatives de traitements.

  • Si surpoids, perdre du poids

Deuxièmement, la gestion du cholestérol par une modification des habitudes alimentaires et par la prise de médicaments, telles les statines est importante. En abaissant les niveaux de cholestérol, vous pouvez retarder ou même inverser l’accumulation de plaques dans les artères. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC offre de l’informations sur leur site Internet en lien avec des questions concernant le cholestérol, les facteurs de risques associés à l’hypercholestérolémie, les recommandations alimentaires et les interventions thérapeutiques disponibles.

En présence de diabète, il serait important de consulter fréquemment son médecin afin d’assurer un contrôle optimal de sa glycémie et prévenir l’apparition de problèmes au niveau de la vision, des nerfs, du cœur, des reins et au niveau vasculaire périphérique. Finalement, des soins de pieds adéquats et fréquents sont aussi fortement recommandés pour les patients diabétiques.

  • Limiter l’apport de sel

On estime qu’une personne sur trois est sensible au sodium qui se trouve dans le sel. Cela signifie que l’excédent du Sodium consommé par ces personnes peut faire augmenter le volume liquidien en circulation dans leurs artères, et du même coup contribuer à l’élévation de la pression artérielle. Le maintien d’une hypertension devient à long terme un facteur de risque important au développement d’accident vasculaire cérébral (AVC), de maladie cardiaque et de maladie rénale. La diminution de l’apport quotidien en sel contribue donc à la réduction de la pression artérielle et indirectement à la protection des organes énumérés plus haut.

 

75% des patients atteints par la MAP sont asymptomatiques, il convient donc que les médecins soient pro-actifs et vigilants face aux patients à risque de cette maladie. L’utilisation d’un questionnaire adéquat, un examen physique vasculaire comprenant une mesure de l’indice tibio-brachial, l’utilisation d’écho-Doppler et/ou une angiographie par résonnance magnétique (ARM) sont les outils nécessaires afin d’établir un bon diagnostic.

Il est important de donner assez d’information sur vos symptômes à votre médecin pour qu’il puisse classifier la sévérité de la MAP et prescrire un traitement en fonction du stade clinique de la maladie dans un délai approprié.

 

 

Prise en charge médicale et non chirurgicale de la MAP

Tous les patients atteints d’athérosclérose devraient prendre certains médicaments pour prévenir la progression de leur maladie et cela inclus les patients avec la MAP. Ces médicaments préviennent le développement de la maladie et ainsi les chances d’avoir des complications vasculaires :

  • Aspirine ou autre agent anti-plaquettaire ;
  • Une statine pour réduire le taux de LDL-cholestérol ;
  • Et à vérifier auprès de votre médecin pour les autres médicaments qui sont en développement.

 

  • Options de traitement

Les options de traitement varient et dépendent de la santé globale du patient et de la sévérité du diagnostic. Le médecin doit fournir au patient des informations adéquates pour aider à comprendre toutes les options. Plusieurs patients atteints par la MAP et présentant une claudication intermittente sont traités sans chirurgie. Des études à long terme portant sur un grand nombre de patients atteints de claudication intermittente ont démontré que seulement 25% d’entre eux présentait des symptômes s’aggravant.

Un plan de traitement préventif de la MAP implique les éléments suivants:

  • Adopter une alimentation pauvre en gras saturés, type méditerranéenne, contribuerait à prévenir l’accumulation de plaques athérosclérotiques.
  • Débuter la pratique d’exercices physique type aérobie serait aussi un élément préventif important.
  • Cesser de fumer, si c’est le cas, aurait un impact majeur sur le développement de la maladie.

En six mois vous commencerez à voir les effets des recommandations de votre médecin. Mais les avantages ne durent que tant que vous persistez. Si vous recommencez à fumer, par exemple, vous finirez où vous avez commencé. Il vous faudra voir vos changements comme une nouvelle façon de vivre.

De plus, un programme d’exercices thérapeutiques axé sur l’exercice aérobie peut s’avérer profitable pour tous. C’est une prescription d’exercice individualisé conçue pour reconstituer la santé vasculaire et pour empêcher la maladie de progresser. L’ordonnance est rédigée par un médecin, en collaboration avec un kinésiologue. Ce professionnel tient compte de votre état de santé actuel et fournit des conseils sur le type d’exercice à effectuer, l’intensité, la durée et la fréquence des entraînement.

 

 

Traitement chirurgical de la MAP

Il existe de nombreux types de procédures très efficaces qui peuvent aider à améliorer la circulation, augmenter la distance de marche, guérir les ulcères du pied et prévenir l’amputation.

La Société canadienne de chirurgie vasculaire suggère que tous les patients avec de l’ischémie critique devraient avoir une intervention chirurgicale pour prévenir la gangrène et une amputation. Cela s’applique à tous les patients atteints de douleurs de repos à la jambe ou au pied associées à la MAP. Par ailleurs, les patients présentant des ulcères ou de la gangrène, en liens avec la MAP seraient des candidats pour une intervention chirurgicale.

Le médecin de famille, l’interniste ou d’autres sur-spécialistes de la médecine interne peuvent diriger les patients vers un chirurgien vasculaire ou un radiologue interventionnel selon le besoin.

Les patients atteints de claudication intermittente, uniquement lors d’exercice physique, ne sont pas à risque d’amputation. Une intervention devrait être considérée seulement si leurs symptômes deviennent invalidant, c’est-à-dire limitant significativement l’activité physique associée à la vie quotidienne.